Sur le Web, ces 30 derniers jours

lundi 17 juin 2019

  • Un pastel de Jules Dupré acquis par le Musée Louis-Senlecq

    Le musée a acheté auprès d'un collectionneur privé par l'intermédiaire d'un marchand de Fontainebleau, grâce à l'aide du FRAM et de l'Association des Amis de l'Isle Adam, un pastel de Jules Dupré, le premier à entrer dans ses collections où l'on trouve déjà une centaine d'œuvres de l'artiste, peintures, sculptures et estampes. L'un de ses chefs-d'œuvre est sans doute la Vue de Southampton , acquise en 2011

    - Brèves / , ,

  • Musée du Grand siècle à Saint-Cloud : l'interview de Patrick Devedjian

    L'installation de la collection de Pierre Rosenberg dans un nouveau musée qui sera installé à Saint-Cloud et qui sera à la fois consacré au XVIIe siècle, avec des dépôts importants de diverses institutions, et aux collectionneurs, ce qui élargira le champ chronologique.
    L'échec du projet des Andelys ne devrait pas se renouveler car le département des Hauts-de-Seine, et son président Patrick Devedjian, s'est dès l'origine impliqué fortement. Il était donc normal de l'interroger à ce sujet.

    - Musées /

  • Transformer son évaluation pour développer le désir d'apprendre
    Nous avons rencontré Frédéric Coté, enseignant de mathématiques au Séminaire Saint-François, et ses élèves, qui nous partagent les retombées des nouvelles pratiques d’évaluation mises en place dans l...

  • Une pièce manquante de Stonehenge retrouvée au bout de 60 ans
    Après soixante ans, une pièce manquante du célèbre monument a été découverte; d'après les spécialistes, elle pourrait révéler des mystères de cet ancien édifice.

    Un long et mince fragment de l’énorme sarsen a été remis à l'English Heritage par Robert Phillips, qui l'avait conservé dans son bureau pendant des décennies après les fouilles de 1958.

    Une pièce manquante de Stonehenge retrouvée au bout de 60 ans
    Le morceau de pierre de Stonehenge de 108 cm qui a été retrouvé après 60 ans.

    Stonehenge est considéré comme un chef d’œuvre d'ingénierie, d'autant plus que l'on ne sait pas comment des pierres de 25 tonnes ont été déplacées vers leurs positions actuelles par des personnes sans technologie moderne il y a des milliers d'années.

    Philipps faisait partie de l'équipe de Van Moppes qui travaillait à soulever trois grosses pierres qui étaient tombées. Ils avaient percé des trous de 3cm dans celles-ci et avaient retiré trois "carottes" longues de 108 cm avant d'insérer des tiges de métal pour les rendre plus robustes.

    Philipps avait gardé l'une de ces pièces dans son bureau pendant des années. Après qu'il eut quitté Van Moppes en 1976 et migré en Amérique, la carotte a voyagé sur des milliers de kilomètres avec lui à travers le pays, traversant les états comme celui de New-York, Illinois et Californie.

    Phillips, à la veille de son 90ème anniversaire, a décidé de rendre le fragment à l'organisme de bienfaisance pour la conservation de l'English Heritage, qui s'occupe des pierres anciennes.


    La pièce est maintenant étudiée par les scientifiques de l'Université de Brighton qui pensent que ce morceau d'histoire incroyablement bien préservé pourrait faire la lumière sur la provenance de certaines des plus grosses pierres.


    Les pierres bleues, plus petites, de Stonehenge ont été importées des collines de Preseli dans le sud-ouest du pays de Galles (voir à ce sujet l'article: Découverte de l'origine précise de certaines pierres de Stonehenge), mais l'origine des grandes pierres sarsen n’est pas connue.

    Photo de Stonehenge qui fut construit il y a 5000 ans. Photo: Matt Cooper/Matt Cooper 

    "Notre père a toujours été intéressé par l'archéologie et il reconnaissait la grande importance de cette pièce dont il prenait soin. C'était son souhait qu'elle soit retournée à Stonehenge. Nous sommes tous ravis que la carotte soit revenue sur le site, d'autant plus qu'elle est maintenant utilisée pour faire avancer des recherches importantes," rapporte Lewis, fils de Philipps.

    Son autre fils Robin ajoute qu'il: "serait fascinant de savoir où sont allées les deux autres carottes, ou de savoir s'il reste des pièces manquantes qui pourraient être rendues un jour."

    Construit il y a 5000 ans, Stonehenge est probablement le plus célèbre monument préhistorique. Il a été construit en plusieurs étapes; le premier monument, une enceinte de terrassement circulaire, fut construite en 3000 avant JC. L'emblématique cercle de pierre intérieur a été érigé à la fin du néolithique, vers 2500 avant JC.

    Heather Sebire, conservateur de Stonehenge pour l'English Heritage, rapporte que: "la dernière chose à laquelle nous nous attendions, était de recevoir un appel de quelqu'un aux Etats-Unis, nous disant qu'il avait une pièce de Stonehenge. Nous sommes très reconnaissant à la famille de Philipps de nous avoir rapporter cette pièce étonnante."

    L'English Heritage aimerait que quiconque ayant participé aux fouilles archéologiques de Stonehenge dans les années 50 (ou dont la famille a été impliquée) puisse avoir des informations sur les deux autres carottes de pierre.

    Source:

    Derniers articles sur Stonehenge:

  • Un William Hogarth acquis par Leicester

    Grâce à l'Acceptance in Lieu (équivalent britannique de la dation) et à la somme de 564 528 livres apportée en complément par une campagne de financement participatif, à laquelle ont notamment contribué l'Art Fund et le National Heritage Memorial Fund, un portrait de la famille Wollaston par William Hogarth rejoint de façon pérenne les collections du New Walk Museum & Art Gallery de Leicester

    - Brèves / , ,

  • Adobe Creative Cloud c’est aussi sur mobile et tablette. Des applications pour créer en tout lieu et en toute circonstance.
    Les étudiants sont des mobiles addicts. Digital natives, ils souhaitent retrouver leurs applications préférées sur leurs smartphones ou tablettes. Des outils mobiles qui deviennent également des supports pédagogiques de plus en plus présents en... L’article Adobe Creative Cloud c’est (...)

dimanche 16 juin 2019

samedi 15 juin 2019

jeudi 13 juin 2019

mercredi 12 juin 2019

mardi 11 juin 2019

  • La Tribune de l'Art se développe, en partie grâce au mécénat

    Cela fait presque deux mois que le toit et la flèche de Notre-Dame ont brûlé. Cet événement va rythmer la vie patrimoniale de notre pays pendant de longs mois, et sans doute de longues années. Pour la même raison, La Tribune de l'Art va continuer à consacrer de très nombreux articles, non seulement à Notre-Dame et à son chantier de restauration, mais à tous les sujets qui lui seront liés. En réalité, l'incendie de Notre-Dame porte en lui pratiquement toutes les questions patrimoniales : la législation sur les monuments historiques, et sur les chantiers monuments historiques ; le financement du patrimoine ; le mécénat ; l'état des églises parisiennes ; l'état du patrimoine français ; la protection des monuments contre les incendies ; les risques que courent Notre-Dame et l'île de la Cité du fait des décisions politiques…

    - Éditoriaux

  • La mission Bern et le budget du ministère de la Culture

    La deuxième saison de la mission Bern a déjà donné lieu à la présentations des dix-huit monuments « emblématiques » qui bénéficieront en priorité, et pour des montants conséquents, des fonds récoltés par le loto patrimoine. Une nouvelle conférence de presse a été organisée au ministère de la Culture pour dévoiler les 103 monuments supplémentaires qui seront également aidés, un par département, afin de répartir cette manne sur tout le territoire. La liste des projets prioritaires est publiée ici. On y remarquera (...)

    - Patrimoine / , , ,

  • Une nature morte de Maria van Oosterwyck pour The Joslyn Art Museum

    On dit que la renommée de Maria van Oosterwyck (1630–1693) traversa toute l'Europe au point qu'elle eut pour commanditaires le roi Louis XIV, l'empereur Léopold, le roi de Pologne ou encore Guillaume III d'Angleterre. Néanmoins cette affirmation est répétée sans que sa source ne soit identifiée. On peut seulement constater que deux de ses tableaux sont conservés à Hampton Court et qu'une Vanité avec un globe céleste, visible au

    - Brèves / , ,

  • L'Orangerie achète une nature morte de Derain

    Le Musée de L'Orangerie a récemment acquis une Nature morte aux fruits qui illustre ce changement stylistique. Elle a été adjugée 37 500 livres lors de la vente Christie's qui s'est tenue à Londres le 4 juin dernier. Marqué par les Primitifs italiens, Derain délaissa les couleurs chatoyantes pour des tons sobres, des effets mats, des compositions synthétiques. Cette oeuvre tout en sobriété, organisée autour de quelques objets aux formes stylisées n'est pas sans évoquer les natures mortes de Giorgio Morandi et, de fait, Derain influença l'artiste, ainsi que Carlo Carra, Giorgio De Chirico.

    - Brèves / , ,

  • Où est ma place dans le plan numérique?
    Il y a déjà plusieurs semaines, le gouvernement du Québec nous présentait son plan d’action numérique ainsi qu’un cadre de référence sous forme de roue d’engrenage comportant tous les aspects...

  • Smash. Envoyer un gros fichier gratuitement et sans limite de taille
    Comment transférer ou envoyer un gros fichier de plusieurs gigas à un ou plusieurs destinataires facilement et gratuitement ? Smash est un service français qui apporte une réponse simple à ce type de problématique.... L’article Smash. Envoyer un gros fichier gratuitement et sans limite de (...)

lundi 10 juin 2019

dimanche 9 juin 2019

samedi 8 juin 2019

  • La collection Rosenberg ira finalement à Saint-Cloud, pour un projet enthousiasmant

    Ce ne sera donc pas Les Andelys, mais Saint-Cloud. Ce ne sera pas Guillaume Kientz, parti vers des aventures outre-Atlantique, mais Alexandre Gady. Ce ne sera pas Poussin, mais le Grand Siècle ! Le département de l'Eure a donc finalement renoncé à recevoir chez lui, dans le bel hôpital des Andelys, au bord de la Seine, la donation de la collection et de la documentation de Pierre Rosenberg. Les choses étaient mal enclenchées depuis un moment. Peu d'enthousiasme des politiques locaux qui reculaient face au coût du projet, un faible soutien du ministère, tout le monde semblait s'accorder pour que rien n'avance.

    - Musées

vendredi 7 juin 2019

jeudi 6 juin 2019

  • Les vrais chiffres du soi-disant plan églises de la Mairie de Paris

    L'incendie de Notre-Dame de Paris a provoqué chez Anne Hidalgo un amour soudain pour la restauration des édifices religieux. Celle-ci a en effet promis 50 millions d'euros qu'elle n'avait pourtant pas pour restaurer les églises dont elle est responsable. Depuis des années que nous nous battons pour ce patrimoine, nous sommes heureux de constater que ce sujet est désormais sur toutes les lèvres et va constituer un enjeu de la campagne municipale. Des élus, comme Pierre Liscia, jeune conseiller de Paris particulièrement actif (nous renvoyons à la vidéo qu'il a tournée avec nous), commencent à s'y intéresser.

    - Patrimoine /

  • Le Conservatoire national d'art dramatique bientôt protégé comme monument historique

    Par les temps qui courent, les bonnes nouvelles sont si rares qu'il faut se réjouir quand nous pouvons en apporter une. Et nous donnons celle-ci avec d'autant plus de plaisir qu'il faut en féliciter le ministère de la Culture et lui seul car il était dans cette affaire seul décideur. Nous aimerions que cela arrive plus souvent et nous n'avons aucun souci à le faire lorsque c'est le cas. Bravo donc à la Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Île-de-France, bravo à la Direction Générale des Patrimoines, bravo à la Direction Générale de la Création Artistique et bravo, en définitive, à Franck Riester que nous ne pouvons pas tenir responsable des mauvaises actions, et pas des bonnes.

    - Brèves /

  • Marc-Olivier Wahler nommé à la tête du Musée d'art et d'histoire de Genève

    Marc-Olivier Wahler succèdera à Jean-Yves Marin à la tête du Musée d'art et d'histoire de Genève à partir du premier novembre prochain. Il prendra alors la direction d'un des cinq sites du pôle muséal genevois également constitué du Cabinet d'arts graphiques, de la Bibliothèque d'art et d'archéologie, de la Maison Tavel et du Rath

    - Brèves / ,

  • Le manuscrit de Voynich déchiffré: il serait écrit en Proto-Roman

    En 2017, je publiais l'article "A-t-on trouvé la clé pour déchiffrer le manuscrit de Voynich ?" ; Nicholas Gibbs, universitaire britannique, rapportait qu'en étudiant le latin médiéval "il est devenu évident que chaque caractère dans le manuscrit de Voynich représentait un mot abrégé et non une lettre". S'il avait bien trouvé la clé, il ne restait plus qu'aux cryptographes et linguistes de se mettre à la tâche pour traduire l'ouvrage...

    Ici le mot "palina" qui est une tige permettant de mesurer la profondeur de l’eau, parfois appelée tige ou règle de stadia. La lettre «p» a été étendue. Manuscrit Voynich

    Aujourd'hui, un autre universitaire de l'Université de Bristol aurait réussi là où d'innombrables cryptographes, érudits en linguistique et programmes informatiques ont échoué. Il aurait ainsi déchiffré le code du «texte le plus mystérieux du monde».

    Alors que le but et la signification du manuscrit échappent aux spécialistes depuis plus d'un siècle, il a fallu deux semaines au Dr Gerard Cheshire, associé de recherche, en utilisant une combinaison de pensée latérale et d'ingéniosité pour identifier le langage et le système d'écriture du fameux document jusqu'ici impénétrable.

    Dans son article évalué par les pairs, The Language and Writing of MS408 (Voynich) Explained, publié dans le journal Romance Studies, Cheschire décrit comment il a réussi à déchiffrer le codex du manuscrit et, en même temps, à révéler le seul exemple connu de langage proto-roman: "Lors du déchiffrement du code, j’ai vécu une série de moments «euréka», puis un sentiment d’incrédulité et d’enthousiasme lorsque j’ai réalisé l’ampleur de la découverte, tant par son importance linguistique que par les révélations sur l’origine et le contenu du manuscrit." rapporte-t-il.


    Ce qu'il révèle est encore plus étonnant que les mythes et les fantasmes qu'a engendré le Manuscrit de Voynich.


    Ainsi, le manuscrit a été compilé par des religieuses dominicaines comme source de référence pour Maria de Castille, reine d’Aragon, qui était la grande tante de Catherine d’Aragon.

    Il n’est pas exagéré de dire que cette œuvre représente l’un des développements les plus importants à ce jour en linguistique romane.

    Le manuscrit est écrit en proto-roman, une langue ancestrale des langues romanes d’aujourd’hui, notamment le portugais, l’espagnol, le français, l’italien, le roumain, le catalan et le galicien. La langue était omniprésente en Méditerranée à l'époque médiévale, mais elle était rarement écrite dans des documents officiels ou importants, car le latin était la langue de la royauté, de l'église et du gouvernement. Aussi, le proto-roman a disparu des archives, jusqu'à aujourd'hui.

    Cheschire explique en termes linguistiques ce qui rend le manuscrit aussi inhabituel: "Il utilise un langage disparu. Son alphabet est une combinaison de symboles familiers et moins familiers. Il ne comprend pas de signes de ponctuation dédiés, bien que certaines lettres aient des variantes de symboles pour indiquer des signes de ponctuation ou des accents phonétiques. Toutes les lettres sont en minuscule et il n'y a pas de doubles consonnes. Il y a des diphtongues, triphthongs, quadriphthongs et même quintiphthongs pour l’abréviation de composants phonétiques. Il comprend également des mots et des abréviations en latin."

    La prochaine étape est d'utiliser ces connaissances pour traduire entièrement le manuscrit et compiler un lexique. Cheshire reconnaît que cela prendra du temps et des fonds, car il y a plus de 200 pages.

    "Maintenant que le langage et l'écriture ont été expliqués, les pages du manuscrit ont été ouvertes pour que les chercheurs puissent explorer et révéler, pour la première fois, son véritable contenu linguistique et informatif." ajoute-t-il.


    Le Manuscrit de Voynich est un texte médiéval illustré et rédigé à la main. Il a été daté au carbone au milieu du 15ème siècle. 

    Son nom vient de Wilfrid M. Voynich (1865-1930), un libraire et antiquaire polonais, qui a acheté le manuscrit en 1912. C’est la même année que son lieu d’origine, le Castello aragonais, Ischia, est devenu une propriété privée. Il semble donc probable que le manuscrit faisait partie du «nettoyage de la maison» avant la vente de la propriété.

    Il est actuellement hébergé à l'Université de Yale, où il est classé sous le numéro d'article MS408 dans la bibliothèque de Beinecke qui contient des livres et manuscrits rarissimes. Le manuscrit a été révélé pour la première fois au public en 1915. Ses illustrations fascinantes et son écriture inconnue ont immédiatement captivé l’imagination des érudits du monde entier.


    Alan Turing et ses collègues de Bletchley Park comptent parmi ceux qui ont tenté de déchiffrer le code. Le FBI s’y est également essayé pendant la guerre froide, pensant apparemment que c’était peut-être de la propagande communiste !

    Les traductions jusqu'à présent ont révélé que le manuscrit est un condensé de remèdes à base de plantes, de bains thérapeutiques et de lectures astrologiques concernant des questions relatives à l'esprit et au corps féminins, à la reproduction et à la parentalité, ainsi qu'au cœur, conformément aux croyances religieuses païennes catholiques et romaines des Européens de la Méditerranée. à la fin de la période médiévale.

    Il y a une carte picturale fascinante dans le manuscrit. Il raconte l'histoire remarquable d'une mission de sauvetage par bateau, dirigée par la reine Maria, visant à sauver les survivants d'une éruption volcanique près de l'île de Vulcano, qui a débuté le 4 février 1444.

    La vignette A illustre le volcan en éruption qui a motivé la mission de sauvetage et le tracé de la carte. Elle a surgi du fond marin pour créer une nouvelle île nommée Vulcanello, qui a ensuite été rattachée à l'île de Vulcano à la suite d'une nouvelle éruption en 1550. La vignette B représente le volcan d'Ischia, la vignette C montre l'îlot de Castello Aragonese et la vignette D représente l'île de Lipari. Chaque vignette comprend une combinaison d’images naïvement dessinées et légèrement stylisées ainsi que des annotations pour expliquer et ajouter des détails. Les cinq autres vignettes décrivent d'autres détails de l'histoire. Manuscrit Voynich

    .La carte, qui montre Ischia, le Castello aragonais, Lipari, Vulcano et Vulcanello, a permis de déterminer l’emplacement exact du manuscrit et sa date d’origine.

    Il y a une certaine ironie à réaliser que le manuscrit n'a pas été écrit en code, mais en un langage et en système d'écriture qui ne sont plus utilisés. Le système d'écriture est plus singulier et moins intuitif que les systèmes modernes, ce qui explique peut-être pourquoi il est finalement devenu obsolète. Cependant, un vestige important de la langue a survécu, avec son lexique caché dans les nombreuses langues modernes de l'Europe méditerranéenne.


    Source:

    Derniers articles sur le moyen-âge:

  • La baladodiffusion ou l'art de ne plus jamais perdre son temps
    Depuis plus d’un an, mon intérêt pour la baladodiffusion est nettement grandissant. J’ai l’impression que mon engouement est proportionnel à l’offre de qualité qui ne cesse de croître et de se...

  • Omni Calculator. 777 calculatrices en ligne à portée de clic
    Omni Calculator est une calculette géante en ligne qui propose pas moins de 777 types de calculatrices pour tous les types de calcul. Histoire et explications pour chacun d’entre eux en prime. Insolite et... L’article Omni Calculator. 777 calculatrices en ligne à portée de clic est (...)

mercredi 5 juin 2019

mardi 4 juin 2019

lundi 3 juin 2019